Explorer le Fort-de-France colonial avec une historienne

Valérie-Ann Edmond-Mariette est chercheure en histoire et organise Désann An Vil, des circuits commentés expliquant l’histoire de Fort-de-France à travers des sites plus ou moins connus et leurs représentations. Je ne vais pas tout dévoiler mais l’excursion vaut le détour car elle offre la possibilité de (re)découvrir la capitale sous une autre facette, de mettre l’histoire et le patrimoine bâti en perspective.

Un dimanche après-midi de mars – sieu, le soleil tapait sur nous ! – nous avons donc rejoint Valy en face de la Maison des Syndicats où un groupe s’est rapidement formé. Nous étions une quinzaine à attendre patiemment le début du périple. Celui-ci a commencé par un récit de la période des grèves agricoles en Martinique et le contexte social et politique dans lequel elles prenaient place.

Nos pas nous ont ensuite menés le long du Boulevard Général de Gaulle – je me suis arrêtée pour acheter une bouteille d’eau parce que j’allais passer de vie à trépas en plein Fort-de-France, carême is no joke – pour s’arrêter au Parc floral. Celui-ci est sur le site d’un ancien hôpital militaire. La porte triomphale a été construite pour les fêtes du tricentenaire du rattachement de la Martinique à la France en 1935. On peut y voir une fresque de Kho Kho René Corail.

Direction ensuite le Canal Levassor où l’on peut aussi voir des fresques, mais surtout la fontaine Gueydon, inscrite aux monuments historiques mais qui malheureusement ne coule plus. Vraiment dommage. A titre personnel, je suis persuadée qu’un jour on verra des personnes faire du kayak ou du pédalo sur le canal Levassor 😉

Nous avons continué à déambuler jusqu’à la rue Victor Hugo – clairement une rue d’avocats – où il y a des façades agréables si on ouvre l’oeil : celle de la CCIM ou des immeubles particuliers. Le circuit a continué devant la cathédrale Saint-Louis, puis la Cour d’Appel pour finir sur la Savane. Impossible en effet de faire l’impasse sur Joséphine mais aussi sur les bals populaires qui étaient auparavant organisés sur cet espace vert.

A la fin du circuit, Valy nous a offert une collation avec des cornets de pistaches – en réalité ce sont des cacahuètes, mais nous sommes des rebelles en Martinique -, du gâteau à la farine de manioc, des accras, du jus de prune de cythère, de la crème de manioc, etc. Meilleure façon de terminer près de 3 heures de marche !

A noter que Désann An Vil se déroule aussi ponctuellement dans les rues de Saint-Pierre, en bus cette fois.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s